Seite:Die Staats-Verträge des Königreichs Bayern von 1806 bis 1858.pdf/194

aus Wikisource, der freien Quellensammlung
Zur Navigation springen Zur Suche springen
Fertig. Dieser Text wurde zweimal anhand der Quelle korrekturgelesen. Die Schreibweise folgt dem Originaltext.
Liste.png G. M. Kletke (Hrsg.): Die Staats-Verträge des Königreichs Bayern in Bezug auf Justiz-, Polizei-, Administrations-, Territorial- u. Grenz-; Bundes-, Kirchen-, Militär-, Handels-, Schifffahrt-, Post-, Eisenbahn-, Telegraphen- und Münz-Angelegenheiten: von 1806 bis einschließlich 1858

-Spielberg, et continue jusqu’à celle entre Ellwangen et Oettingen-Baldern; de là elle s’étend à l’ouest du territoire de Kapfenbourg et Lauchheim, et embrasse à l’est, celle de Nerresheim jusqu’à l’ancienne frontière de Wurttemberg et celle de Neubourg, où la Bavière aura la ville de Dischingen et autres possessions du Prince de Taxis, à l’exception de celles du ci-devant couvent de Nerresheim, qui resteront au Royaume de Wurttemberg, de manière que Kaltenbourg, Lautal, Stetten, Oberstotzingen et Bergenweiler, Nicolhausen, Regendorf, Schwarzwangen, Niederstotzingen et Bissingen ainsique Bechingen et Zoeschingen échoient à la Bavière. Elle continue ensuite le long de l’ancienne frontière de Wurttemberg et d’Ulm jusqu’à la seigneurie de Rechberg, où la forêt de Rottenbach, Degenfeld, Winzingen, Reichenbach, les maitèries situées au Nord des châteaux de Ramsberg et Stauffenegg, ainsique Bernbach, le tout avec dépendances, appartiendront à Wurttemberg et Boehmenkirch, Weisenstein et Neuningen, avec les châteaux de Ramsberg et Stauffenegg; Rhein et Gross-Sussen avec leurs limites à la Bavière, ici elle traverse la Vils entre le ci-devant territoire d’Ulm et Wurttemberg, jusqu’à la frontière de Wiesensteig, longe le côté oriental de cette frontière jusqu’aux environs de Merklingen, où elle enclave Lautrach pour Wurttemberg, et donne Arnegg, Dietingen, Wurttemberg, Sterrlingen et Klingenstein à la Bavière jusqu’à Ehestetten, de là vers la ci-devant frontière du Wurttemberg en faisant le tour des limites de Pfaunstetten et Donaurieden jusqu’au Danube, ce qui fait que Wernau, Erbach et Donaurieden restent à la Bavière, et Dischingen à Wurttemberg. Ici la ligne passe le Danube, et le cours de la Ries forme les limites, de manière cependant que le territoire de Biberach appartenant actuellement à Bade reste intact. Au dessus de ce territoire cette ligne sépare celle du Comté de Waldsée, y compris le baillage de Schwarzach, en faveur de Wurttemberg, adjuge Wolfegg à la Bavière, et descend, en longeant les confins de la Satrapie d’Altorf, jusqu’à Berg. Depuis Berg la ligne partage au nord Altorf, avec ses dépendances le Bas et Haut-Akenreute, Bondebbach, Laeher et Burach pour Wurttemberg, suivant ensuite, dans une ligne oblique le côté nord-est de cette limite, elle s’étend jusqu’à Ober-Baumgarten, qui échoit à la Bavière; de là elle se prolonge jusqu’au lac de Constance, en laissant au nord la chapelle de saint Foerg à Wurttemberg, et donnant en passant à l’Achbach, tout le district jusqu’à la banlieue de Buchhorn à la Bavière.

Martens Recueil des principaux traités Supp. T. 4. pag. 289.
Empfohlene Zitierweise:
G. M. Kletke (Hrsg.): Die Staats-Verträge des Königreichs Bayern in Bezug auf Justiz-, Polizei-, Administrations-, Territorial- u. Grenz-; Bundes-, Kirchen-, Militär-, Handels-, Schifffahrt-, Post-, Eisenbahn-, Telegraphen- und Münz-Angelegenheiten: von 1806 bis einschließlich 1858. Friedrich Pustet, Regensburg 1860, Seite 194. Digitale Volltext-Ausgabe bei Wikisource, URL: https://de.wikisource.org/w/index.php?title=Seite:Die_Staats-Vertr%C3%A4ge_des_K%C3%B6nigreichs_Bayern_von_1806_bis_1858.pdf/194&oldid=- (Version vom 31.7.2018)